hours (1)

dicht reihen sich am stacheldraht

regentropfen aneinander wie glas-

perlen am stadtrand der markt 

mit frischem gemüse

unter einem glyzinienbehangenen 

tor, weiter zum bach 

sein heiterer arm, der grünliche leib 

der fliege, wie klein ihr leben 

wie groß der lilienstrauß 

+ wie ich stunden orte 

die unbelebt zu boden sinken

minuten rinnen, kristall-quarzsand

knistert unter totem laub

Berthe Morisot

Traduction personnelle

les heures (1)

en rang serré sur le fil barbelé

des gouttes de pluie comme des perles

de verre à la périphérie de la ville le marché

aux légumes frais

sous un portail orné de glycine

continuer vers le ruisseau

son bras serein, le corps verdâtre

de la mouche, si petite sa vie

si grande la taille du bouquet de lys

+ la manière dont je repère les heures

qui inanimées tombent à terre

minutes qui fuient, du sable de quartz cristallin

crépite sous les feuilles mortes

Les veuves d’Eva (Aeppli)

1*4oZR51bmnlb0VCYWCmhOVw
Eva Aeppli

————-

Les yeux gonflés de

douleur fermés

elles croisent leurs mains

de chiffon sur une robe

de terre larmes

les veuves d’Eva ont claqué

la porte du paradis

femmes noires aux longs

doigts araignées pleureuses

émaciées elles rappellent

les siècles des mères saintes

avant la mort de dieu

la chute est poupée

marron leurs hommes mangés

par la démence

la mâchoire des fers fours et

gaz l’enfer léger

comme l’étoffe translucide

couvrant les drames qui couvent

hiératiques plaintes figées

dans l’éternel retour de la farce

délire tragique fureur de la vie

qui saccage l’ouvrage

patiemment tissé toile

délaissée aux insectes

desséchés la matière

plie sous le poids des tissus

qui accusent momies éplorées

que la soie console de la

grotesque mise au monde

Billet d’humeur, 18 avril 2020

4beb4a80da3085c4b78bd057cd97c977
Alyssa A. De Luccia

Oui. Non. Si. Peut-être. Non. Non. Éventuellement. Non. Il y en a qui pensent. Qui savent. Qui pensent. Qui ne savent pas. Qui sont cuits. Tièdes. À point. Sans ail. Des convictions. Des cris. Des pleurs. De belles histoires. Tristes. De beaux draps. Des ministres. Surmenés. Des achats superflus. Des indigents. Des risques. Des cas. D’autres cas. Des vérités partielles. Des philosophes. Des vérités totales. Des médecins. Des à plaindre. Des sans. Des moins à plaindre. Des moines. Des plinthes. À nettoyer. Calmer. Angoisser. Escales. Sur un rebord de fenêtre. Des jonquilles. Des va-et-vient. Des tours de salon. Des infirmiers.

Des hyènes. Des voisins méfiants. Des animaux de compagnie. Des carottes. Des infirmières. Des salades de carottes. Des salades de mots. Des téléphones. Des coups. Des réseaux. Des journées. Des mots qui. Des mots que. Des morts. Des morts dont. Des aides-soignants. Des caissières. Des frontières. Guerres. Du vide. Du temps. Du vide et du temps. À laisser vide. Le temps. Plein de trous. Du temps trou. Des vides de temps troué. Qui avancent. De date. Des nouvelles du, de la. Des pays. Des pays et des gens. De l’argent. Des gens. Des chiffres.

Des invisibles. Ennemis. Imprévisibles. Des néants. Des trous. De temps. Des trous de néant. Des questions. Raisons. Sans raison. Sans tort. Avec des jeux. Des roues. Des trous. Des roues. Des trous. Des dés. Des dés troués roués de coups. Des hasards. Un sourire. Un jour. Encore un jour. Ordinaire.

Carla Lucarelli – Haïkus

Reblog

BEAUTY WILL SAVE THE WORLD

Haïku libre 1

Un bruit dans la nuit
Un hurlement d’espoir
Une forme de désaveu

Haïku libre 2

La vie et rien d’autre
Disait-il
De lui plus rien sur l’image

Haïku libre 3

Une pièce en bois l’acheva
Lui le sculpteur
D’humeurs végétales

Haïku libre 4

Un oiseau blessé
Laquelle de ses blessures
Jette-t-il en pâture ?

Haïku libre 5

Elle avait en elle
L’amour du geste hésitant
Comme une caresse

Haïku libre 6

Pour elle il devint une île
Et disparut
Au fond de l’océan

Haïku libre 7

Il savait rester en deçà
Elle ne savait aller
Qu’au-delà

Haïku libre 8

Pour le préserver
Elle le planta comme une écharde
Au creux du bras

Haïku libre 9

Tissus de rêves ils étaient
Méandres de désirs
Friables

Haïku libre 10

Comme une histoire d’amour
La leur
Sans les critères d’usage

***

Carla Lucarelli (née à Luxembourg en 1968) – Dekagonon…

Voir l’article original 2 mots de plus

Herbst 2/Automne 2, 19 octobre (se traduire)

69461876_893405311043005_5831994370202533888_o
Lysiane Schlechter

————–

Herbst 2

Der Winter, noch ungeboren

du im Möglichen

in Städten mit Regen

auf Bürgersteigen

abgenutzte Schuhe

zweiköpfige Gestalten

Menschen mit grauer Grammatik

Verben wie Zitterpappeln

ohne Satzergänzungen

Kinder

Etappen überspringend

an den Schnürsenkeln

Träume von Grenzen

Palisaden mit blutigen Blättern

Windstöße als Liebeserklärungen

du denkst, wie das Laub

in goldgelb

malst Paläste in den Himmel

als gäbe es Könige

– – –

Automne 2

L’hiver, non encore né

tu habites le possible

dans des villes où il pleut

sur les trottoirs

chaussures usées

figures à deux têtes

passants à grammaire grise

des verbes comme des

peupliers tremblants

sans compléments

enfants sautant les étapes

aux lacets des rêves de frontières

palissades aux feuilles ensanglantées

rafales de vent en guise de déclarations

d’amour

tel le feuillage tu penses

en jaune doré

tu peins dans le ciel des palais

comme s’il y avait des rois

Herbst, 13/10

Fiona_Rae_evil_dead_mudam_collection
Fiona Rae

————————

die Aster, violett

sich ausbreitend

völlig ahnungslos

du nicht

der Herbst

seine Pflanzen gießend

nicht du

nagelst unbewusst

Träume an die Wand

von hellgrau bis gewerbetüchtig

die Tritte des schönsten Rehs

die Luft mit den

Segeln der Kraniche

du ohne Flügel

Nässe an den Federn

wartest vor dem Fenster

die tiefrote Färbung

des Wilden Weins

wie ein brennender Gottessohn

vom Sterben erleuchtet

nicht du

wartest nicht auf Weinbeeren

100 Deeg, 100 Gedichter, 100 Sekonnen (100 jours, 100 poèmes, 100 secondes)

Du lundi au dimanche, du 16 septembre au 24 décembre, dans le cadre du 10eanniversaire de l’Association Les Amis d’Edmond Dune, la radio culturelle luxembourgeoise 100,7 diffusera tous les jours à 10h50 et à 17h23, un poème d’un auteur luxembourgeois… 20 poètes qui lisent eux-mêmes 5 de leurs poèmes, les poèmes des poètes décédés étant lus par des collaborateurs de la radio,

100 secondes de poésie, 100 poèmes d’auteurs luxembourgeois écrivant en luxembourgeois, allemand, français, anglais … mon premier des cinq textes mis en boîte est passé le 17 septembre et peut être réécouté via ce lien… ainsi que les lectures des autres auteurs déjà diffusées…

https://www.100komma7.lu/program/episode/268055/201909171050-201909171052

______________________