Matins, août 2019

The-Country-Road
Harald Sohlberg

La maison dort

La matinée faseye

Je vois se lever un jour

vieux comme les millénaires

prendre son élan

vague qui va bientôt se briser

contre le bitume

je vais creuser des grottes

au creux de ces heures

le gazon n’est pas tondu

les perles de rosée scintillent

des fleurs aux longues tiges

refermées pour la nuit

que personne n’a plantées

pointent vers le ciel

elles attendent une lumière

plus vive pour s’ouvrir

je vais patienter avec elles

quand elles se déploieront

que le vert se couvrira de jaune

me faire un café

mais je me souviens

que je n’ai plus de machine

depuis trois jours ne me restent

que les dosettes

je laisse flotter dans l’air

un moment encore

l’idée de café

Publicités

Passages, Juillet 2019

Fisherman-s-Cottage-small
Harald Sohlberg

______________________

 

Quelques malheurs encore

de pacotille

et des naufrages

quelques ismènes encore

quelques printemps

blanche arachnéenne

floraison et des étés

de fugaces extases

 

quelques bruits encore

qui couvrent les rides

quelques morts encore

enterrés vivants

L’infini à la portée des fillettes, Juillet 2019

EXHI039344
David Hockney

—————————————–

la cacophonie des corneilles

en bruit de fond

une petite fille court

à s’essouffler

le long de l’allée

va-et-vient d’abord

avec sandales

puis nus pieds

elle n’arrête pas

l’aire de jeu explorée

c’est sa propre énergie

qu’elle veut lancer

oreilles décollées

les yeux irrigués

petite boule de fins cheveux

relevés sur la tête

dents de souris exhibées

elle jette ses jambes

encore potelées

arquées

à l’assaut du bitume

je l’observe depuis un banc

sa mère plus loin

téléphone à l’oreille

lui tourne le dos

comme un chiot lâché

la fillette reprend sa course

je suis le mouvement

constance dans la répétition

dans l’espace

le même parcours

au même rythme

avec la même ardeur

maintes fois bouclé

je laisse pénétrer sous ma peau

les croassements du ciel

le maillot de coton orange fendant l’air

le pré vert piqueté de blanc

le monde s’arrête de tourner

puis repart me laissant sa carte de visite

quelques éclats de lumière

à ranger comme un polaroïd

 

Humanité, Juillet 2019

migrations_2
Bernardo Oyarzun

——————————————————

On dira de nous que nous avons essayé

on dira que nous nous sommes appliqués

on dira que nous n’avons jamais lâché

que nous ne sommes pas des lâches

ni des condamnés dociles

on dira que nous avons saccagé la terre

car nous en avons toujours voulu aux dieux

on dira que nous ne nous sommes pas dérobés

que nous avons fait ce que nous avons pu

jetés au milieu de nulle part

avec tout à apprendre

Ciels, 4 juillet

507285c9a2eda5be3a1901f8fd64a232

prés gorgés de lumière

à satiété ciel monochrome

bleu saturé comme une idée

vieille de millions d’années

nous balbutions milliers de syllabes

pour reproduire le tableau

comme des pétales concrescents

les mots s’agglutinent

impuissants

l’espace est trop grand

pour l’alphabet

il suffit de regarder

longuement

jusqu’à ce que s’impose

le cadre et une couleur

sans nom

 

Eléments, 2 juillet

22frankenthaler2_inline-jumbo
Helen Frankenthaler

__________________

Pour quelques instants

le vent a été plein

d’espoirs de semailles

pour quelques instants

il ne soufflait pas à vide

il sifflait des renaissances

léchant les pistils

il préparait les couleurs

changeant les prés en scènes

les éclosions en vedettes

muettes sous les projecteurs

des jours allumés

 

il y avait dans la brise

le chant de l’indifférence

l’obstination de la matière

à ignorer les hommes

 

 

Chaleurs II, 30 juin

 

fOXuGLd77ncU_570x570
Jenny Saville

———————————

des trottoirs se lèvent

sous la chaleur d’une journée

qui s’apprête à continuer

son travail de la veille

les chiens sortent avec leurs maîtres

les chats se grattent l’oreille

jetant un œil dédaigneux

vers l’éveil de la ville

au loin des véhicules

se mettent en branle

des membres engourdis

gorgés de température

regardent le ciel et pensent

à la fraîcheur des nuits

sous une pluie de lumière

les dalles reflètent la clarté

une nonchalance de station balnéaire

se répand dans les esprits

qui voguent à un rythme de bossa nova

l’air se trémousse sans frénésie

quelqu’un crie : au boulot !

un autre sort humer

les effluves parfumés

des belles de jour

des fragrances boisées

croisent des sueurs primitives

les peaux se libèrent

les corps s’exhibent

sautent aux nues

les instincts enjambent

les haies de chair

pour rêver au sang chaud

flottant dans l’air du soir

la tragédie n’a pas sa place

dans la moiteur n’affleure

que la langueur

l’orage ne guette que

comme consolation