Textes en prose, nouvelle en cours d’écriture (début)

 

 

Un jour, elle fut là. Marie ne sut ni d’où elle venait, ni par où elle était entrée. Ni ce qu’elle voulait, allongée sur le tapis au pied de son lit, les yeux clos.

Lire la suite

Publicités

Cris et chuchotements, texte paru dans la revue Galerie

Anne – Il y a des phrases qui s’invitent dans les têtes. Comme ça, un matin, elles surgissent, et on n’arrive plus à s’en défaire.

Au loin, le bruit d’un tracteur, ou de quelque chose ressemblant au bruit d’un engin à grosses roues, rondeur de l’avancement, les dessous remués par le mouvement récurrent. Les entrailles travaillées par la machine voulant arracher à la terre la sève qu’elle ne donne pas facilement.

Je sors dans la cour. Le brouillard balaie les pavés humides et dessine des fantômes ondoyants dans le paysage encore endormi. Les hommes se mettent en marche dans leurs fourmilières, la reine des abeilles attend ses travailleuses, le miel de la journée sera déversé sur des comptes en banque. Lire la suite

Billet d’humeur, 5 janvier

000_par1559406-1
Gustave Courbet

Promets-leur de l’espoir, promets-leur les larmes et le sang de l’espoir, promets-leur le retour de l’espoir, le temps de l’illumination, promets-leur la marche glorieuse vers le vrai après la destruction du temple, promets-leur une illusion plus grande, promets-leur le retour des dieux et des fantômes, promets-leur les vampires qui sauveront la planète, qui lui suceront le sang mauvais des idoles de pacotille, promets-leur le sourire vers le futur, la paille pour l’avaler à gorgées interrompues, promets-leur la mort des tyrans, des bureaucrates interchangeables à dents de crocodile, Lire la suite

Billet d’humeur, 4. Januar

p1030994

 « Der faschistische Führer gebe ein Modell für das Verhalten seiner Anhänger, sie sollen sich nicht zivilisiert benehmen, sie sollen schreien , gestikulieren, ihren Gefühlen freien Lauf lassen » adorniert jemand/ Überzeugte sind für Argumente sowieso unerreichbar, viral flüchten sie in warme Zellen/ draußen klammert sich die Kälte an die Landschaft, eine Katze schaut vorbei, schwarz und nichtsaussagend/ Lire la suite