Empty Tree, 8.3.’19

020302--leerer-baum-2
Ursula Palla, Leerer Baum/Empty Tree, Videoinstallation

 

J’écrirais sur une théière si j’avais une théière

Sur mes deux enfants si j’avais deux poupons

Sur mon chien si j’en avais un

Je peux écrire sur les chats

certains passent au quotidien

devant ma fenêtre

J’écrirais sur Dieu si je le connaissais

Sur son fils si nous avions été présentés

Sur sa mère avec sa fécondation in vitro avant l’heure

La guerre si je savais seulement ce qu’elle est

en vrai je ne suis pas sur un champ de bataille

j’évite les obus et les traités de paix

signés par temps maussade sans grande conviction

Je laisse la guerre aux autres

ceux qui l’ont rencontrée dans les rues

qui n’y ont rien compris parce qu’il n’y a rien à comprendre

les choses se font dans un obscur chaudron

les gens s’occupent à se diviser

en castes supérieures et inférieures

il y a les dociles et les insoumis

il y a les bougons et les toujours contents

j’écrirais bien sur l’âme des fleurs

sur le rire des oiseaux

sur l’absence de mélancolie chez les renards

sur le langage des arbres

et la fuite du vent

sur les poètes morts toujours vivants

ça me ferait passer le temps agréablement

ça me ferait fredonner les synapses

sautiller les neurones gambader les associations

carrefours à traverser autoroutes à grande vitesse

ralentir aux feux rouges regarder des chemins

de halage avec leurs passants en peine

tirant des péniches de journaliers problèmes

ça me ferait donner une chance

à toute cette agitation du vivant

une journée à tricoter avec quelques syllabes

la sauver du néant avec des mots tranquilles

assembler un petit tas de temps

pour un jour regarder en arrière

et se dire qu’on n’a pas rêvé

cette vie minuscule parmi les étoiles

on ne sauve pas grand-chose en écrivant

les oiseaux meurent les fleurs se fanent

mais l’alphabet résiste comme le jour s’obstine

à obéir au soleil sans faire d’histoires

comme si de rien n’était des siècles passent

seules les voitures changent

Publicités