Billet d’humeur, 18 avril 2020

4beb4a80da3085c4b78bd057cd97c977
Alyssa A. De Luccia

Oui. Non. Si. Peut-être. Non. Non. Éventuellement. Non. Il y en a qui pensent. Qui savent. Qui pensent. Qui ne savent pas. Qui sont cuits. Tièdes. À point. Sans ail. Des convictions. Des cris. Des pleurs. De belles histoires. Tristes. De beaux draps. Des ministres. Surmenés. Des achats superflus. Des indigents. Des risques. Des cas. D’autres cas. Des vérités partielles. Des philosophes. Des vérités totales. Des médecins. Des à plaindre. Des sans. Des moins à plaindre. Des moines. Des plinthes. À nettoyer. Calmer. Angoisser. Escales. Sur un rebord de fenêtre. Des jonquilles. Des va-et-vient. Des tours de salon. Des infirmiers.

Des hyènes. Des voisins méfiants. Des animaux de compagnie. Des carottes. Des infirmières. Des salades de carottes. Des salades de mots. Des téléphones. Des coups. Des réseaux. Des journées. Des mots qui. Des mots que. Des morts. Des morts dont. Des aides-soignants. Des caissières. Des frontières. Guerres. Du vide. Du temps. Du vide et du temps. À laisser vide. Le temps. Plein de trous. Du temps trou. Des vides de temps troué. Qui avancent. De date. Des nouvelles du, de la. Des pays. Des pays et des gens. De l’argent. Des gens. Des chiffres.

Des invisibles. Ennemis. Imprévisibles. Des néants. Des trous. De temps. Des trous de néant. Des questions. Raisons. Sans raison. Sans tort. Avec des jeux. Des roues. Des trous. Des roues. Des trous. Des dés. Des dés troués roués de coups. Des hasards. Un sourire. Un jour. Encore un jour. Ordinaire.

Herbst 2/Automne 2, 19 octobre (se traduire)

69461876_893405311043005_5831994370202533888_o
Lysiane Schlechter

————–

Herbst 2

Der Winter, noch ungeboren

du im Möglichen

in Städten mit Regen

auf Bürgersteigen

abgenutzte Schuhe

zweiköpfige Gestalten

Menschen mit grauer Grammatik

Verben wie Zitterpappeln

ohne Satzergänzungen

Kinder

Etappen überspringend

an den Schnürsenkeln

Träume von Grenzen

Palisaden mit blutigen Blättern

Windstöße als Liebeserklärungen

du denkst, wie das Laub

in goldgelb

malst Paläste in den Himmel

als gäbe es Könige

– – –

Automne 2

L’hiver, non encore né

tu habites le possible

dans des villes où il pleut

sur les trottoirs

chaussures usées

figures à deux têtes

passants à grammaire grise

des verbes comme des

peupliers tremblants

sans compléments

enfants sautant les étapes

aux lacets des rêves de frontières

palissades aux feuilles ensanglantées

rafales de vent en guise de déclarations

d’amour

tel le feuillage tu penses

en jaune doré

tu peins dans le ciel des palais

comme s’il y avait des rois

Herbst, 13/10

Fiona_Rae_evil_dead_mudam_collection
Fiona Rae

————————

die Aster, violett

sich ausbreitend

völlig ahnungslos

du nicht

der Herbst

seine Pflanzen gießend

nicht du

nagelst unbewusst

Träume an die Wand

von hellgrau bis gewerbetüchtig

die Tritte des schönsten Rehs

die Luft mit den

Segeln der Kraniche

du ohne Flügel

Nässe an den Federn

wartest vor dem Fenster

die tiefrote Färbung

des Wilden Weins

wie ein brennender Gottessohn

vom Sterben erleuchtet

nicht du

wartest nicht auf Weinbeeren

Ecrire, août 2019

Capture d’écran 2019-08-28 à 13.19.38
Françoise Gilot

Ecrire comme on casse des pierres

au marteau-piqueur pour extirper

à la langue ce que la vie cache

sous l’écorce de terre

sortir de la gangue alphabétique

de quoi tenir encore un jour

parce que la délivrance viendra

au bout des mots

écrire comme celui qui cherche

la formule universelle

pour comprendre toutes les pensées

retourner l’intelligence

contre elle-même

l’anéantir pour lui faire cracher

le sens des aiguilles

pour lui faire admettre

qu’elle n’ira nulle part

hors de ce monde

écrire pour entériner la défaite

quotidienne

pour recommencer à échouer

écrire pour apprendre le saut de puce

dans l’univers

pour reproduire les couleurs

qu’on a cru voir

écrire pour tracer des lignes

parce qu’on a des mains

écrire le silence qui  assourdissant

tombe du ciel comme la bruine

écrire parce que les pas s’ajoutent

aux pattes de chats dans l’herbe

aux miaulements inaudibles

écrire pour se confondre

avec les paragraphes

et finir par savoir ce que l’on pense

avant de replonger dans un fouillis

de vers de vase

à lutter contre la rouille des hameçons

Matins, août 2019

The-Country-Road
Harald Sohlberg

La maison dort

La matinée faseye

Je vois se lever un jour

vieux comme les millénaires

prendre son élan

vague qui va bientôt se briser

contre le bitume

je vais creuser des grottes

au creux de ces heures

le gazon n’est pas tondu

les perles de rosée scintillent

des fleurs aux longues tiges

refermées pour la nuit

que personne n’a plantées

pointent vers le ciel

elles attendent une lumière

plus vive pour s’ouvrir

je vais patienter avec elles

quand elles se déploieront

que le vert se couvrira de jaune

me faire un café

mais je me souviens

que je n’ai plus de machine

depuis trois jours ne me restent

que les dosettes

je laisse flotter dans l’air

un moment encore

l’idée de café

Autoportrait (à la manière de…), Août 2019

 

24SHERMAN-jumbo
Cindy Sherman

 

Je ne sais pas si je suis quelqu’un de triste ou quelqu’un de gai.

Je suis souvent malade.

La vie m’a appris à ne rien faire.

Adolescente, j’ai aimé attendre l’autobus.

Quand il y a des frites, je ne mange que les frites.

J’ai aimé mon père jusqu’à l’âge de 11 ans.

Je ne me souviens pas avoir aimé ma mère. Elle était là. C’est tout.

J’ai eu honte d’avoir mes règles. Je ne l’ai dit à personne pendant un an.

Je ne me suis jamais sentie actrice de ma vie.

Je suis une tragédie.

Je le prends avec humour.

Entre les deux, je m’ennuie.

 

L’infini à la portée des fillettes, Juillet 2019

EXHI039344
David Hockney

—————————————–

la cacophonie des corneilles

en bruit de fond

une petite fille court

à s’essouffler

le long de l’allée

va-et-vient d’abord

avec sandales

puis nus pieds

elle n’arrête pas

l’aire de jeu explorée

c’est sa propre énergie

qu’elle veut lancer

oreilles décollées

les yeux irrigués

petite boule de fins cheveux

relevés sur la tête

dents de souris exhibées

elle jette ses jambes

encore potelées

arquées

à l’assaut du bitume

je l’observe depuis un banc

sa mère plus loin

téléphone à l’oreille

lui tourne le dos

comme un chiot lâché

la fillette reprend sa course

je suis le mouvement

constance dans la répétition

dans l’espace

le même parcours

au même rythme

avec la même ardeur

maintes fois bouclé

je laisse pénétrer sous ma peau

les croassements du ciel

le maillot de coton orange fendant l’air

le pré vert piqueté de blanc

le monde s’arrête de tourner

puis repart me laissant sa carte de visite

quelques éclats de lumière

à ranger comme un polaroïd