Billet d’humeur, 14 décembre

Mark Flood
Mark Flood

Faut-il aller de l’avant quand on ne sait pas où c’est ?/ Qu’est-ce qui te permet de prétendre que tu es vivant ?/ L’individualisme se mord la queue mais nous ne sommes pas malheureux / Il s’était arrangé une petite vérité à l’intérieur de la grande, en fermant quelques portes pour que sa vérité ne souffre pas de courants d’air / Entendu à la radio : ce ne sont pas les plus pauvres qui cherchent à traverser la Méditerranée, ceux-là n’ont pas l’argent pour le passage, ce sont ceux qui préfèrent mourir plutôt que de vivre sans espoir / S’élever jusqu’à la beauté d’un flocon de neige qui danse avant de s’écraser au sol

Publicités

Billet d’humeur, 3 février

 

P1030086

Il y a, et puis non, presque d’abord, aux abords de la toile, des oppositions beurrées, fleurs hilarantes de la nuit, ou était-ce corbeau, qui crache des notes dans les coins sombres des lits à couverture de sable, feuilletées les crêpes d’en bas ne se tournent ni facilement ni docilement ni délivrance ou délation pour les papilles dégoûtées du charlatanisme pâtissier, il faudrait, dit-il, se manger les uns les autres pour se dire les choses de l’intérieur sans passer par la porte, il y a des antennes qui ne trompent pas, le monde est plein de ces grains qui gonflent, le sel n’y est pour rien, aux abords de la toile, il y a, et puis non, rien, il n’y a rien, qui bouge, rien.