hours (1)

dicht reihen sich am stacheldraht

regentropfen aneinander wie glas-

perlen am stadtrand der markt 

mit frischem gemüse

unter einem glyzinienbehangenen 

tor, weiter zum bach 

sein heiterer arm, der grünliche leib 

der fliege, wie klein ihr leben 

wie groß der lilienstrauß 

+ wie ich stunden orte 

die unbelebt zu boden sinken

minuten rinnen, kristall-quarzsand

knistert unter totem laub

Berthe Morisot

Traduction personnelle

les heures (1)

en rang serré sur le fil barbelé

des gouttes de pluie comme des perles

de verre à la périphérie de la ville le marché

aux légumes frais

sous un portail orné de glycine

continuer vers le ruisseau

son bras serein, le corps verdâtre

de la mouche, si petite sa vie

si grande la taille du bouquet de lys

+ la manière dont je repère les heures

qui inanimées tombent à terre

minutes qui fuient, du sable de quartz cristallin

crépite sous les feuilles mortes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s