Tentative d’épuisement d’un sujet : le féminisme à l’ère hashtagmeetoo

Il y a celles pour qui la société occidentale est patriarcale, et c’est pour ça, il y a celles pour qui les sociétés orientales n’en parlons même pas, et c’est pour ça aussi, il y a celles qui n’aiment pas qu’on les siffle dans la rue, il y a celles qui aimeraient bien qu’on les siffle dans la rue, il y a celles qui se sentent agressées quand on les siffle dans la rue, il y a celles qui trouvent ça mignon qu’on les siffle dans la rue et qui ont toujours été sifflées avec respect dans la rue, il y a celles qui ont été sifflées et traitées de putes et qui ne trouvent pas ça mignon du tout dans la rue, il y a celles qui ont peur dans certaines rues, il y a celles qui balancent leur porc, il y a la ligue de défense des pauvres bêtes, il y a celles qui ne veulent pas d’attouchements inopinés n’importe où, il y a celles qui aiment bien quelques attouchements mais pas trop, il y a celles qui veulent perdre du poids et ce n’est jamais assez, il y a celles qui en ont marre de perdre du poids, il y a celles qui en ont marre qu’on leur dise qu’il faut perdre du poids, il y a celles qui veulent coucher, il y a celles qui ne veulent pas coucher, il y a ceux qui ne veulent pas coucher non plus, il y a les rapports de force et de pouvoir, il y a celles qui sont victimes et qui se demandent si elles ne sont pas coupables, il y a ceux qui ne jurent que par la science, il y a ceux et celles qui pointent la théorie de l’évolution, il y a ceux et celles pour qui le viol est une réponse biologique, un moyen d’adaptation quand pas assez de femelles disponibles, survie des gènes, animal en rut, cerveau reptilien, etcetera, il y a celles pour qui tu te mets ta théorie de l’évolution et ta réponse biologique où je pense, etcetera, il y a ceux qui ne comprennent pas les femmes, il y a celles qui ne comprennent pas les hommes, il y a celles qui ne comprennent pas les femmes non plus, il y a celles qui ne se comprennent pas elles-mêmes, alors les autres, il y a ceux qui ont du pouvoir et qui aiment ça, il y a ceux qui veulent du pouvoir pour abuser de leur pouvoir et qui aiment ça, il y a ceux et celles qui sont obligés de coucher pour y arriver et il y a ceux et celles qui sont obligés d’y arriver pour coucher, il y a ceux qui fonctionnent à l’énergie sexuelle, il y a ceux qui considèrent la libido comme un outil de travail, il y a ceux qui en ont besoin pour avancer, il y a ceux et celles qui en ont besoin pour créer, il y a ceux qui croient donc légitime de se servir où ça leur chante pour continuer, il y a les prédateurs sexuels, il y a ceux qui regardent l’autre comme un objet sexuel, il y a ceux et celles qui ne font pas exprès de regarder l’autre comme un objet sexuel, il y a ceux et celles qui ne peuvent pas s’empêcher de regarder l’autre comme un objet sexuel, il y a ceux qui ont peur de ne pas être à la hauteur, il y a ceux qui sont virils, il y a ceux à qui on a appris à être virils, il y a ceux qui ont tout le temps envie d’être virils, il y a ceux qui sont fatigués d’être virils et qui aimeraient bien qu’on leur foute la paix, il y a ceux qui voudraient plus souvent, il y a ceux qui préféreraient être homos parce que les hommes s’entendent mieux entre eux mais bon, il y a ceux qui ne sont pas attirés par les hommes alors bon, il y a celles qui se passeraient bien des hommes, mais bon, il y a celles qui ne peuvent pas se passer des hommes, alors bon, il y a celles qui se sentent agressées si un homme les regarde ou les effleure, il y a ceux et celles qui trouvent qu’elles exagèrent, il y a celles qui inventent des agressions sexuelles pour se venger, il y a ceux qui se vantent d’agressions sexuelles pour en imposer, il y a celles qui n’inventent rien et qu’on suspecte d’inventer des agressions sexuelles, il y a celles qui se demandent si c’est normal qu’un type les considère comme consentantes dès qu’elles se montrent polies, il y a ceux qui ont tellement peur qu’on les prenne pour des agresseurs qu’ils ne passent jamais à l’acte, il y a celles qui en ont marre de ceux qui les touchent à peine et ne passent jamais à l’acte, il y a celles qui en ont marre de ceux qui passent directement à l’acte sans se soucier de leur opinion, il y a celles qui croyaient vouloir mais qui ne veulent plus, il y a celles qui sont timides et qui n’osent pas dire non, il y a celles qui savent qu’elles auraient dû dire non plus fort et qui s’en veulent, il y a celles qui se demandent si elles ne l’ont pas cherché, il y a ceux qui disent qu’elles l’ont bien cherché, il y a celles qui n’ont rien cherché et à qui on a imposé, il y a ceux qui font des blagues salaces pour en imposer, il y a ceux qui parlent des femmes en termes de trous et d’ouvertures, il y a ceux qui disent d’une femme qui leur déplaît qu’elle est juste bonne à utiliser pour se faire sucer , il y a celles qui sont scandalisées par cette façon de parler, il y a ceux qui disent que les femmes ne parlent pas mieux des hommes, il y a celles qui disent que ce n’est pas vrai, il y a ceux qui disent qu’ils l’ont de leurs oreilles entendu, il y a celles qui n’ont pas d’opinion arrêtée là-dessus, il y a celles qui en ont marre des révélations glauques et qui aimeraient bien qu’on passe à des ébauches de solutions, il y a celles qui disent qu’il faut d’abord que l’avalanche de témoignages soit écoutée pour changer les mentalités et donner du courage aux blessées et concernées, il y a celles qui disent que de toute façon rien ne changera tant qu’il n’y aura pas un changement de mentalité, tant qu’il n’y aura pas un changement de virilité, il y a celles qui sont d’avis qu’il faut leur couper les couilles, il y a celles qui trouvent qu’attention, on a quand même un peu besoin de leurs couilles, il y a celles qui trouvent alors qu’il ne faut couper que les mauvaises couilles, il y a ceux qui en font tellement dans la haine et la condamnation de leur propre sexe de peur d’être assimilés qu’ils en deviennent pénibles, il y a celles qui en font tellement dans la condamnation de l’autre sexe qu’elles en deviennent pénibles, il y a celles qui trouvent qu’il y a trop d’hommes aux commandes, il y a celles qui trouvent qu’on baigne du matin au soir dans une culture misogyne alors bon, il y a celles qui en ont marre de devoir être belles alors bon, il y a ceux qui commencent à en avoir marre de devoir être beaux eux aussi, alors bon, il y a celles qui en ont marre d’être périmées à 40 ans alors bon, il y a celles qui en ont marre d’être des pots de fleurs ou des trophées, il y a celles qui ont assez discuté et ménagé les hommes de peur de passer pour des fanatiques alors bon, il y a celles qui fustigent les publicités et le cinéma, il y a celles qui fustigent l’organisation sociale et le monde du travail, il y a celles qui fustigent les inégalités économiques, il y a celles qui voudraient quand même bien continuer à mettre des talons et du rouge à lèvres, il y a celles qui attendent que la caravane passe parce qu’elles doivent se lever de toute façon à six heures pour aller travailler et préparer le gosse pour l’école, il y a ceux et celles qui réfléchissent aux moyens de ne pas concentrer trop de pouvoir en une personne pour éviter les abus, il y a celles et ceux qui sont d’avis qu’on ne peut pas éviter les abus, il y a celles qui pensent qu’il faut faire des lois qui protègent les plus faibles, il y a ceux et celles qui hurlent à l’aseptisation et à la mort de la séduction, il y a celles qui ont mis des années à se remettre d’un viol ou d’une agression sexuelle, alors ces histoires de séduction, si vous permettez, il y a celles qui ont intériorisé des milliers d’années de soumission et qui s’en accommodent, il y a ceux qui ont intériorisé des milliers d’années de domination et ne voient pas pourquoi ils abandonneraient volontairement les commandes, il y a celles qui disent qu’il faut les y obliger, il y a ceux qui disent qu’il faut faire attention à la chasse aux sorcières, ici en l’occurrence la chasse aux sorciers, il y a celles qui s’interrogent sur les stéréotypes difficiles à remodeler, il y a celles qui fustigent le monde de la mode et la presse féminine, il y a celles qui trouvent qu’elles ont raison, il y a celles qui fustigent l’éducation, il y a ceux qui trouvent que si baiser devient aussi compliqué ils vont se rabattre sur le porno et les prostituées, il y a ceux et celles qui trouvent que des enfants meurent tous les jours sous les bombes est-ce qu’on n’aurait pas d’autres chats à fouetter, il y a ceux et celles qui sont d’avis que si tu fais un métier où tu dépens du désir des autres c’est râpé, il y a ceux et celles qui pensent que tant que les actrices ne seront que des faire-valoir de personnages masculins et obligées d’être jeunes et belles pour décrocher un rôle c’est râpé, il y a ceux qui pensent que Delon a bien dû coucher avec Visconti pour avoir un rôle alors bon, il y a ceux qui pensent que c’était quand même mieux avant quand Victor Hugo troussait des domestiques et qu’on n’en faisait pas tout un plat mais bon, il y a celles qui se souviennent de toutes les occasions où elles auraient dû se défendre et ne l’ont pas fait, où elles ont été humiliées et n’ont pas réagi, il y a ceux et celles qui trouvent que si on se laisse faire on l’a mérité, il y a ceux et celles qui pensent que si on n’a pas réagi sur le moment ce n’est pas pour réagir maintenant, il y a celles qui hurlent à la méconnaissance des syndromes de sidération et de dédoublement censés protéger les victimes d’une souffrance ingérable, il y a ceux qui sont misanthropes de toute façon, hommes ou femmes, engeance misérable, alors bon, il y a celles qui élaborent un nouveau féminisme, il y a celles qui ne sont pas d’accord et élaborent un autre nouveau féminisme, il y a celles qui trahissent le féminisme, il y a celles qui ne veulent surtout pas être taxées de féministes, il y a celles qui pensent qu’il y a autant de féminismes qu’il y a de femmes, il y a ceux et celles qui en ont marre du politiquement correct et du respect des minorités, il y a ceux qui sont une minorité à eux tout seuls, il y a les mâles alpha qui ont toujours pris les femmes comme on mâche un chewing-gum et ne comprennent pas que le chewing-gum se rebiffe, il y a celles qui ont toujours pensé qu’elles ne valaient pas mieux qu’un chewing-gum puisqu’on les traitait comme un chewing-gum, il y a celles qui se rendent compte qu’elles peuvent être autre chose que des chewing-gums et qu’il y a une légitimité à vouloir devenir une personne qu’on traite avec respect, il y a celles qui espèrent que tout ça ne va pas retomber comme un soufflé et rester sans effets, il y a celles qui pensent qu’il faut faire attention aux dérives et dérapages, il y a ceux et celles qui craignent le lynchage sans nuances et sans preuves sur la place publique que sont les réseaux sociaux, il y a ceux et celles qui ne disent rien mais n’en pensent pas moins, il y a celles et ceux qui ont été violés, avec ou sans écriture inclusive, qui ont été abusés, harcelés, humiliés, agressés, dont la dignité a été piétinée, qui ont survécu ou qui se sont suicidés, que la société des humains n’a pas su épauler lorsqu’a été déchiré le fin voile de civilisation qui était censé les protéger…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s