Thanatos

léon-spilliaert-jeune-femme-sur-un-tabouret
Léon Spilliaert

les caravanes passent

poussent des accents

devant elles exodes

de peurs les éléphants

tremblent

l’ivoire pèse

une guerre arrachée

contre l’horreur

il faut appuyer

vivre quand même

là où l’on blesse

aux lions

on arrache la tête

en billets verts

millionnaires

en mal de trophées

arracher la haine

aux instincts de chasse

arracher les mains

aux fusils

pull the trigger

toi-même arrache

la mâchoire au milliardaire

qui chasse le sauvage

animal légendaire

éléphants massacrés

par bêtise innée

hommes noyés

renversés exécutés

fosse commune

de l’histoire en train de se faire

immense enfer d’où

quelques bulles

à l’orée de quelques sourires

hantés posés sur des toiles

comme un baiser anémique

une peinture en feu

aux contours assassins

le brin d’herbe

lui

renaît au printemps

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s