Billet d’humeur, 18 juin

2011_11db (1)
Sabrina Mezzaqui

oui et non des matinées qui flanchent les bruits se balancent au bout de quelques cordes ça puissante dans les gargouillis des blocs de chair un ruminant n’y voit qu’agitation quand pulsation et colifichets en route pour la pomme de la sagesse l’espace joue à cache-cache avec le temps qui s’emboucle s’enserpente s’englue dans des heures grises de ciment qui font pousser des immeubles je déroule le parchemin nocturne au pied d’une idée la forêt déroule son tapis de brouillard j’achète un sourire bleu à un fond d’écran et je pars pion chorégraphe pour la ville qui nettoie déjà ses artères quelques moi en jachère trébuchent sur l’innommable et lui prêtent un nom pour la journée

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s