Bruits

P1030002

Ciel scellé

des flaques se précipitent,

le vent sème

un goût d’ailleurs

le long des ronces,

le bruit des nuages

tend la main

au silence du sol

encore endormi,

un instant perdu

traverse la colline,

deux rouges-gorges

dans un enchevêtrement

de branches

têtes branlantes

imperméables

à la présence humaine,

c’est d’ici

que j’entends le mieux

le sens de la vie

les battements du cœur

crier les enfants

que je n’ai pas eus

le premier homme

chanter sa supplique

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s